Nous allons approfondir les compétences acquises lors du premier niveau, nous allons aussi, quand même en acquérir quelques nouvelles.
En premier lieu, nous allons aborder en profondeur ce que l'on appelle les méta programmes. Il s'agit des stratégies directrices de notre comportement.


Pendant le premier niveau, nous aurons vu en profondeur les méta modèles qui sont les briques de construction à la fois de notre perception et de notre communication.
C'est sur base de cette grille de lecture que nous pouvons complètement comprendre le mode de langage de notre interlocuteur et créer une réponse dans la même langue que lui.
Cet outil bien utilisé est déjà en lui même d'une puissance extraordinaire dans le cadre de la communication de persuasion, il nous permet aussi d'aller en profondeur dans la partie stratégique de notre inconscient qui elle va être représentée par les métas programmes.


En fonction du repérage de ces stratégies nous allons pouvoir affiner et préciser notre langage, nous allons passer au stade supérieur de redirection du langage pour atteindre en direct le centre de prise de direction de l'inconscient.


Nous verrons aussi, bien sûr, comment ces différentes stratégies s'expriment autant à travers le non-verbal qu'à travers le verbal et le para-verbal et, bien sûr, comment elles affectent l'ensemble de nos comportements et prises de décisions (y compris dans le cadre de nos négociations, ventes et toutes autres activités où la communication de persuasion est un atout majeur), nous analyserons d'abord la théorie. Cette théorie sera remise en exemple immédiatement aux travers d'exercices de repérage, de réponse et de mise en place du changement et de la prise de décision.


Nous reprendrons tout d'abord des exemples concrets de cas vécus (j'ai la chance d'avoir 20 ans de pratique de dernière moi en tant que consultant en négociation commerciale, copywriting, coaching politique… en parallèle avec mes activités de coach et de thérapeute. Cette double casquette me permet de vous présenter un maximum de situations réelles ou les outils enseignés ont réellement servi).


Nous y ajouterons des cas d'écoles spécifiques à certaines situations les plus fréquemment rencontrées.
Au travers de ces exemples, vous comprendrez comment manipuler ces données pour atteindre aux résultats recherchés.
Je vous proposerai ensuite de créer des simulations de consultations. Vos exemples personnels seront, bien sûr, les bienvenus !!!

L'une des premières étapes sera aussi un approfondissement important de la notion de prioritarisation, élément majeur pour pouvoir recréer l'échelle de valeur et le chemin de mise en place du domino interne de votre interlocuteur.
Et, naturellement, nous y associerons l'utilisation de la voix, de ses variations, rythmes, vitesse et tonalités de façon à rendre votre conversation totalement hypnotique dans la plus grande discrétion.

Il va sans dire que dans les techniques développées, nous reprendrons la création des histoires et des métaphores en accord avec tous les leviers de persuasion repérés chez votre interlocuteur.

Ce que vous allez apprendre là, c'est à faire réellement du sur mesure avec les données que vous aurez récoltées.
Déjà à la base, je ne suis pas trop amateur de protocoles pré construits, même s'ils sont nécessaires parfois au début pour rassurer et intégrer certaines notions. Ici, pas question de ces pré constructions, on développe tout en fonction du client et sur l'instant.
Le but est vraiment de vous amener à un travail vraiment efficace parce que totalement compris, il n'y a pas deux clients identiques, donc il ne peut pas y avoir deux procédures absolument identiques.

Ce second niveau Business va vous permettre d’amener votre pratique de la communication de persuasion à un niveau largement supérieur.
Vos bénéfices augmenteront en même temps que votre plaisir à pratiquer une activité qui vous mettra sur le même plan que les meilleurs négociateurs du marché.
Il y a une phrase que j’aime beaucoup : « Je ne demande pas à mes clients de me juger sur mes succès, je leur demande de me juger sur mes échecs, parce qu’ils sont très faibles »